Motivations, fondements

1) Qu’est-ce qui a amené à choisir ce mode de vie minimaliste et autonome?

 

Ce sont essentiellement des considérations d’ordre environnementales. En lien étroit avec l’état critique de la planète, comme le démontre clairement le manifeste co-signé par 15,563 scientifiques de toutes sciences confondues qui sonnent l’alarme… (une autre fois!)

(Cliquez sur cette image pour lire l’article)

 

Je n’ai pas perdu espoir que quelque chose de significatif change… mais j’ai perdu espoir que les changements nécessaires et impératifs pour l’avenir même de l’humanité passent par les politiques ou leurs dirigeants…

Les changements drastiques qu’il aurait fallut faire sont connus, et l’alarme a été lancé dès les années ’70 par un nombre considérable de scientifiques… mais ne se sont pas manifestés par des actions et des décisions concrètes et quand ça l’a été, c’était de façon très nettement insuffisante…

Les prévisions catastrophiques du GIEC se sont finalement avérées être nettement sous-estimées, alors qu’on les croyait alarmistes… et TOUTES sans exception ont été dépassées! Autant au niveau du climat, de la disparitions des ressources naturelles, de la pollution, de la disparition des espèces,…

Ma courte expérience de vie m’enseigne que les seuls changements sur lesquels j’ai du pouvoir, ce sont ceux que je peux faire dans ma propre vie, dans ma façon de vivre et de consommer.

J’accuse un décalage encore entre mes aspirations et mon réel mode de vie, mais je m’engage avec conviction et coeur sur un chemin nécessaire… Que je considère, pour reprendre les mots du manifeste des 15 000 scientifiques, comme : « …un impératif morale pour les générations actuelles et futures… »  

 

Quelques statistiques qui font froid dans le dos…

La Terre, depuis sa création, n’a connu que 5 extinctions de masse… Nous sommes dans la 6e, qui est causée par une espèce qui l’habite… Une seule espèce qui en fait disparaître des milliers… Et ironiquement, l’espèce en cause (l’Homo sapiens!) est aussi visée par cette extinction.

Vous n’y croyez pas?

Depuis seulement 1970, 64% de TOUS LES ANIMAUX DE LA TERRE ont DISPARUS! (En 50 ans seulement) Combien de temps ça prendra pour faire disparaître les 36% qui restent?

Le rythme de disparition des espèces est entre 100x à 1000x plus rapide qu’il se faisait durant la précédente extinction de masse, il y a 65 millions d’années (celle qui a fait disparaître les dinosaures)

Regardez ce graphique qui montre l’évolution de la biomasse (le poids) des différents vertébrés terrestres qui peuplent la Terre, entre il y a 10 000 ans quand l’humain entrait dans la dernière ère géologique (l’holocène), en 1900 (en pleine révolution industrielle), et en 2000 (seulement 100 ans plus tard)…

En vert, vous avez la masse des vertébrés SAUVAGES de plusieurs dizaines de milliers d’espèces… Sa perte est drastique… même dans un intervalle très court de 100 ans… et rien n’est stoppé, au contraire.

En bleu, la masse des animaux d’élevages (dont la plupart servent à l’alimentation d’une seule espèce: l’humain). À peine visible sur le graphique il y a 10 000 ans, elle explose littéralement dans l’ère industrielle… et de façon exponentielle durant les 100 dernières années! Quelques espèces seulement, qui n’ont aucun impact positif sur la biodiversité ou les écosystème, au contraire, qui remplacent des milliers d’espèces qui peuplaient la Terre depuis des millions d’années…

Et en rouge, la masse des humains… qui évolue aussi de façon exponentielle et dangereuse… au détriment du reste…

 

 

La PUISSANCE des énergies fossiles…

Cette croissance exponentielle et démesurée de la population humaine est très récente dans l’histoire de l’humanité… ça date de l’industrialisation (moins de 300 ans), et plus spécifiquement, de la découverte de la PUISSANCE des énergies fossiles…

Pour bien saisir cette puissance dont je parle, imaginez que vous mettez 1 litre d’essence dans votre voiture, et que vous roulez jusqu’à ce qu’elle n’ait plus d’essence… Pour la ramener à son point d’origine, en la poussant avec vos muscles, vous pousserez pendant 1 mois sans arrêt!

Autre analogie:
Un seul plein d’essence d’une petite voiture équivaut à 4 ans de travail manuel!
C’est à dire que si vous mettiez ces 50 litres dans un tracteur pour défricher une terre, vous mettrez 4 ans sans arrêt pour défricher de vos bras la même terre.

 

Cette puissance a amenée avec elle une grande facilité : à créer, à consommer, à transformer la terre, à extraire, puiser, récolter ses ressources, à les transporter, à se déplacer,… tout ça, en créant une amélioration du confort, la possibilité d’accumuler des biens, des ressources, de les gaspiller, de produire des objets qui deviennent des déchets, etc. Tout ça n’aurait jamais été possible sans ces ressources que sont les énergies fossiles, et leur puissance.

Et c’est sans parler des inégalités des possessions qui s’accroissent, des conflits, des abus de pouvoir,… nés avec cette puissance.

Cette augmentation de la « facilité » et du « confort » a permis à l’espèce humaine de mieux survivre et de mieux se reproduire… et il fait en sorte qu’il est devenu difficile pour plusieurs aujourd’hui, de s’extraire et de se priver de la plupart de ces conditions… mais si elles compromettent de façon CERTAINE notre propre disparition! Quel paradoxe!

 

Augmentation de la population et impacts…

Alors que l’apparition de l’humain sur Terre date d’environ 6 millions d’années, tout s’est bien passé jusqu’à cette période extrêmement récente de l’industrialisation… tout au plus, il y a 300 ans!

300 ans, sur 6 millions d’années, c’est une fraction du temps que l’humain a peuplé la Terre… et pourtant, ça lui est suffisant pour compromettre son destin et celui de nombreuses espèces…

À preuve, regarder ce graphique de l’évolution fulgurante et spectaculaire, (quasiment incroyable!) de la population mondiale…

Une population qui s’était maintenue sous les 500 millions de personnes pendant toute son existence… et qui a littéralement explosée pendant ces 300 dernières années.

 

Suivant cette même courbe d’évolution de la population, plusieurs courbes ont suivies la même tendance… Une tendance accentuée depuis les années 1950, à commencer par la sur-utilisation des énergies:

 

…Suivi par l’évolution de plusieurs problématiques de la crise écologique actuelle: augmentation de gaz à effet de serre, des inondations, de la pollution atmosphérique, de l’utilisation de l’eau, de la déforestation tropicale, de la diminution de la couche d’ozone, perte de la biodiversité, etc…

Et les impacts sur la biodiversité suivent exactement la même courbe… Tout est évidemment relié…

 

Outre la surpopulation, qu’est-ce qui fait que la planète se dégrade à ce rythme?

Les raisons de cet état catastrophique de nos ressources et leur épuisement rapide et permanent, est en lien étroit avec cette surpopulation encore croissante, mais aussi et surtout, avec notre façon de vivre et de consommer de cette population… et davantage, d’une partie de cette population Mondiale: l’Occident… (dont je fais parti).

 

En guise d’exemple, si tous les humains de la Terre consommaient comme des Canadiens, ça prendrait l’équivalent en ressources de 4,7 planètes Terre(!) (Ecological Footprint Network)

Ou encore, si tous les humains de la Terre se mettaient à consommer comme le Canadien moyen à partir du 1er janvier, le 18 mars de la même année (78 jours plus tard), il ne resterait plus aucune ressources renouvelable sur la planète.

 

Mondialement, c’est le 1er août que nous avons passé en 2018, ce que l’on appelle « Le Jour du Dépassement Planétaire ».

(Cliquez sur cette image pour lire l’article)

 

Mondialement, nos besoins en ressources naturelles comme humains, sont de 1,7 planètes Terre.

Qu’est-ce qui fait que nous arrivons à vivre sur une seule planète alors?

Ce qui fait que nous nous en sortons (jusqu’à aujourd’hui…) sur une seule planète, c’est que nous avons un « capital » de ressources qui a été créé pendant des millénaires… et c’est là-dedans que nous nous servons pour les surplus de nos demandes (le 0,7 planète qui manque)… C’est comme si, dans un compte en banque où il n’y a pas de nouvelles entrées d’argent, nous consommions jusqu’en 1970, seulement les intérêts. Tout irait bien!

…À partir des années ’70, nous avons commencé à consommer plus que les « intérêts » des ressources renouvelables… Nous avons commencé à piger dans le « capital » des ressources que nous ne pouvons pas renouveler en une année… Nous sommes donc entrés en « déficit écologique »

 

Ce n’est pas bien compliqué de réaliser que dans un compte où il n’y a pas de nouvelles entrées d’argent, et où on consomme toutes les intérêts, et de plus de plus de capital, un jour, nous allons frapper le mur!

C’est ce qui fait claironner les écologistes depuis 1970 cette idée que de consommer de façon illimitée sur une planète aux ressources limitées, c’est carrément INSOUTENABLE! …C’est indiscutable et mathématique.

IMPOSSIBLE de changer la donne sans un changement… que dis-je? Une RÉVOLUTION(!), un coup de volant, drastique…!

 

Quelle place reste-t-il pour la croissance économique?

Alors que nos politiciens n’ont encore sur les lèvres que « la croissance économique », cette courte vidéo qui explique à merveille un autre principe (celui de la DÉCROISSANCE), illustre à la perfection mes motivations, les raisons des choix que je fais, et du mode de vie que je vis.

 

 

 

En conclusion!

De par ma consommation et ma participation à la société, je fais parti intégrante du problème… et j’en reconnais ma responsabilité!

Et! Plus important encore! Je fais aussi parti de la SOLUTION!

Le seul changement sur lequel j’ai du pouvoir, c’est celui que je fais dans ma propre vie, ma propre façon de consommer!

Je ne sais pas si j’ai besoin d’expliquer davantage en quoi mes choix de vie, ma mini habitation, et la façon de consommer qui vient avec, ont du sens dans l’état actuel très critique de notre belle planète… et de l’avenir de l’humanité?!

En 2018, je crois qu’il doit y avoir de la place pour ce genre d’initiative. Je crois qu’il existe une réelle nécessité pour permettre et encourager cette façon de vivre, ce rapport à l’habitation, ce retour aux sources.

Si vous êtes comme moi, et que vous avez suivi mes déboires administratifs et législatifs, c’est fou le décalage que je vis, conscient de tous ces enjeux, quand je suis confronté à des interdictions en lien avec un « revêtement de maison non conforme »…
(Voir cette section de ce site pour plus de détails sur ce qui m’était reproché par la municipalité pour en arriver à exiger le démantèlement…)

Sans doute pas besoin de vous dire que ça n’ébranle aucunement ma certitude face à mes choix.

Sans prétendre que c’est « LE » mode de vie à adopter pour tous, je considère que c’est « un » mode de vie qui a sa place et qui devrait être encouragé.

Je sais aussi que plusieurs aspirent à le vivre… et que les contraintes administratives et légales nombreuses les en empêchent.

Je nourris le souhait profond que les politiques puissent un jour s’enligner sur les préoccupations des réelles importances en 2018. Celles qui prennent en considération le sort de la planète, de toutes les espèces qui y vivent, de l’humanité, des générations futures, de nos enfants…

Que des décisions et des actions reconnaissent notre responsabilité dans cette crise écologique et qu’on puisse mettre en place ce qui est nécessaire, essentiel, pour assurer un avenir.

 

Hô,

Serge Beaudette,
Citoyen du Monde, et habitant d’une Mini Maison Tipi éco-responsable

 


Voici des articles, éditoriaux, interviews, qui m’inspirent et qui appuient les informations contenues dans cette page. Je vous en recommande la lecture.

Articles, textes, interview,… qui m’inspirent et m’informent :

  1. Article : Je ne veux pas me mentir – (Patrick Lagacé)
    Suite à la démission choc de Nicolas Hulot en france, où en est la planète aujourd’hui, selon les plus grands spécialistes du Monde.  CLIQUEZ ICI
  2. Article : Désolé d’être défaitiste – (Patrick Lagacé)
    Suites de l’article précédent: pourquoi l’humain ne « fait rien » pour la planète alors que la situation est critique, évidente, et appuyée par des milliers de scientifiques du Monde. CLIQUEZ ICI
  3. Interview en Anglais de Mayer Hillman, spécialiste mondialement reconnu des sciences sociales, qui parle de sa vision sur l’avenir de l’humanité, une vision d’homme de 86 ans ayant prédit et proposé des changements de comportements de masses, dans les civilisations modernes, des décennies avant qu’ils ne se concrétisent, par nécessité. CLIQUEZ ICI

 

Aussi, je vous présente en bonus, 3 vidéos de la série « Et tout le Monde s’en fout ».

Des vidéos au format un peu loufoque, avec humour sarcastique et parfois décapant, qui font passer le message d’une façon claire, rejoignant différemment les gens. J’y apprécie particulièrement les apports et le message.